Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez sur ce lien .

N°5 Juillet Août Septembre 2015
Édito

Chers adhérents,

L’été arrive…avec pour certains un air de vacances et dans notre département, une période d’activité économique et touristique qui reprend.

Qu’il s’agisse du BTP, des activités de plein-air, de l’Hôtellerie/Restauration,… de nombreux salariés sont exposés aux fortes chaleurs, qu’ils travaillent ou non en extérieur.

Tout au long de l’année, des salariés sont amenés, dans le cadre de leur fonction, à conduire des véhicules utilitaires ou de tourisme : commerciaux, transporteurs de marchandises ou de personnes, livreurs, prestataires de services…et donc soumis aux risques routiers professionnels, première cause d’accident mortel au travail.

Attachés à vous accompagner pour prévenir la santé et la sécurité de vos salariés, nous vous rappelons dans les « Zoom sur », vos obligations, nos préconisations et les bonnes pratiques à mettre en oeuvre.

Très bel été !

Zoom sur

Travailler par forte chaleur

Prévention, vigilance et bon sens sont de mise.

Une vague de chaleur ou de canicule peut rendre le travail difficile et engendrer de réels risques pour la santé des travailleurs exposés (fatigue, maux de tête, vertiges, déshydratation, coup de chaleur : peau sèche et chaude, agitation, confusion, hyperthermie…).

L’employeur a une obligation de sécurité et doit prendre les « mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs » .  

Dans le  Document Unique d’Évaluation des Risques (D.U.E.R) il doit prendre en considération l’ensemble des risques inhérents au travail qui est accompli dans l’entreprise et mettre en oeuvre un plan d’actions prévoyant des mesures correctives (article R4121-1  et  L4121-3 du code du travail) . Le  décret n°2008-1382 du 19 décembre 2008 , relatif à la protection des travailleurs exposés à des conditions climatiques  particulières, a notamment complété l’article  R. 4121-1  du code du travail. Celui-ci prévoit désormais que tout employeur doit prendre en considération les « ambiances thermiques », dont le risque de « fortes chaleurs » .

Si le code du travail ne donne aucune indication sur les températures maximales auxquelles peut être exposé un salarié, l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) préconise d’être vigilant dès que la température ambiante (à l’ombre) dépasse 30°C, ce qui correspond à une journée « inhabituellement chaude ».

A partir de 30°C il faut être vigilant ! Au dessus de 33°C il y a danger !

Le risque de coup de chaleur se prévient !

 

Mettre à disposition :

  • Adapter, dans la mesure du possible, les horaires de travail (début d’activité plus matinal, suppression des équipes d’après-midi…)

  • Limiter les efforts physiques en adaptant le rythme de travail : réduire la cadence, organiser des pauses supplémentaires et/ou plus longues aux heures les plus chaudes, si possible dans une salle plus fraîche

  • Mettre à la disposition des personnels des moyens utiles de protection (ventilateurs d’appoint, brumisateurs d’eau minérale, stores extérieurs, volets…)

  • Sensibiliser les salariés aux risques, les informer des moyens de prévention à disposition, les alerter sur les signes et symptômes du coup de chaleur

  • Surveiller la température ambiante.

Conseils à vos salariés :

  • Se protéger la tête et les yeux

  • Porter des vêtements légers, amples, de couleur claire si le travail est en extérieur

  • Mettre en place des protections pour éviter tout contact corporel avec les surfaces, notamment métalliques, exposées directement au soleil 

  • Se rafraîchir, utiliser un ventilateur (seulement si la température de l’air ne dépasse pas 32 °C. au-delà, ce peut être dangereux, du fait d’une augmentation de la température).

  • S’hydrater, boire, au minimum, l’équivalent d’un verre d’eau toutes les 15-20 minutes, même si l’on n’a pas soif

  • Eviter toute consommation de boisson alcoolisée et les repas lourds

  • Cesser immédiatement toute activité dès que des symptômes de malaise se font sentir. Prévenir les collègues, l’encadrement, le médecin du travail… Ne pas hésiter à consulter un médecin.

Sources :
Site de l'INRS Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.
Site de l' ANACT Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail.


Le risque routier

Quelles mesures prendre pour prévenir le risque routier?

Télécharger notre fiche conseil

GEST05 - Groupement des Entreprises pour la Santé au Travail

Votre avis et vos besoins nous intéressent, sur quels sujets souhaitez-vous être inform├ęs ? Contactez-nous !

www.gest05.fr

Abonnement / Désabonnement